« La précarité menstruelle n’est pas taboue, il faut en parler »